Un site dédié entièrement à l'environnement au Burkina Faso

.

Et si la protection de l’environnement passait par la création d’une économie circulaire !


         un tas de déchets électroniques

Le Burkina Faso à l’instar des autres pays du continent commence à faire face à un autre type de pollution que constitue les déchets électroniques. Les villes comme les campagnes font face à ce phénomène ; l’environnement immédiat des populations connait la présence des déchets électroniques. C’est conscient des dangers que représentent ces déchets pour notre environnement que OUEDRAOGO Kadre s’est lancé depuis plus d’une année à la collecte de ces objets électroniques en fin de vie à travers la ville de Bobo-Dioulasso. Une manière pour lui de joindre l’utile à l’agréable tout en participant à la protection de l’environnement.

Comme un livreur de pizza,  avec  sa moto Kadré OUEDRAOGO arpente les artères de la ville de Sya à la recherche d’objets électroniques en fin de vie, constitués de vieux ordinateurs     d’imprimantes, de  téléphone portables d’ appareils photo,  de  postes téléviseur etc dans les ateliers de réparation et très souvent au milieu des décharges . Ces objets une fois collectés, vont subir   un premier tri qui consiste à dissocier les cartes mères des autres objets comme les écrans, câbles et autres matières en plastiques dans un atelier de fortune à son domicile.

OUEDRAOGO Kadré démontant une carte mère

Où vont les objets collecter et triés ?

Selon monsieur OUEDRAOGO ces objets collectés à Bobo-Dioulasso sont tous convoyés à Ouagadougou où ils seront conditionnés et acheminer vers les Etats -Unis. Là-bas ils feront l’objet d’un autre cycle de tri et d’un recyclage au cours duquel des matières premières comme l’or le zinc le cuivre et autres métaux précieux vont être récupérer et réutiliser pour la fabrication d’autres produits électroniques.

Une forme de l’économie circulaire

C’est un petit business qui se passe dans ce milieu ; en effet Kadré le collecteur achète la plupart de ces objets dans les ateliers de réparation et chez les chasseurs de trésor des poubelles, les vend chez des grossistes à Ouagadougou qui à leur tour vont les convoyer sur le marché Américain.

Ainsi parties des poubelles africaines, recyclés et transformés dans ces pays industrialisés, ces objets font un retour sur les marchés africains tout luisant ou sous une autre forme.  C’est une forme d’économie circulaire et un processus qui fait penser au chimiste Français Lavoisier qui disait : rien ne se crée rien ne se perd tout se transforme.

                                                                                               Un business qui protège l’environnement.

Au-delà de l’aspect pécunier, ces déchets dans notre environnement ont une empreinte écologique néfaste. En effet lorsqu’ils sont finis et se retrouvant dans les décharges des villes et campagnes, ils vont  au fil des ans suite à leur dégradations  avoir  un impact très négatif sur notre planète et créant ainsi un problème environnemental.

Sans le risque de se tromper, ces déchets renferment des substances comme le mercure le plomb l’amiante etc extrêmement nocives pour la santé humaine et celle des écosystèmes. Abandonner dans la nature, ils peuvent polluer les sols, contaminer la nappe phréatique, les chaines alimentaires des produits issus de l’agriculture.

C’est dire donc que Kadré OUEDRAOGO le business man des déchets électroniques fait œuvre utile. Une œuvre salvatrice qui mérite un regard et un soutien particulier de  tous ceux qui s’intéressent à la protection de l’environnement.

Abdramane BAMBA

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *