Un site dédié entièrement à l'environnement au Burkina Faso

.

Burkina faso:journée nationale de l’arbre ,Lancement des activités  ce vendredi 7 août 2020 à Banfora


Le Ministre de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique, Batio Bassiere a lancé ce vendredi 7 août 2020 à Banfora les activités entrant dans le cadre de la commémoration de la 2ème édition de la journée Nationale de l’Arbre(JNA). Deux panels , remise de prix, suivi de l’ouverture de la foire étaient à l’honneur.

« au centre » le Ministre de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique, Batio Bassière

« Rôle et place des ressources forestières dans la médecine traditionnelle : Quelle stratégie de gestion durable » et « Gestion durable des ressources forestières dans la région des cascades : Etat des lieux et perspectives », sont les thématiques abordés  au cours des panels.Pour le Ministre en charge de l’environnement, les deux panels ont un lien direct avec le thème de la journée nationale de l’arbre à savoir « Arbre, santé et résilience climatique ». Avant d’ajouter qu’il était important d’une part de situer l’importance de l’arbre par rapport à la santé et d’autre part travailler à pérenniser cette ressource, la mettre à la disposition de l’ensemble des acteurs afin de contribuer également à la santé humaine. « La région des Cascades est une zone boisée, nous avons 13 forêts classées, il était important de présenter l’état des lieux et ensuite voir les perspectives pour une meilleure conservation de ces ressources naturelles », a-t-il laissé entendre. Au cours de cette journée du vendredi des journalistes, une commune et une région ont vu leurs efforts récompensés à travers un concours lancé à l’occasion de la JNA 2020.

 

Selon Batio Bassière, il est tout à fait normal pour eux de récompenser les bonnes pratiques avant d’ajouter   « Nous avons voulu également motiver les régions en primant la meilleure des régions qui aura le meilleur taux de réussite et ce prix a été aujourd’hui décerné à la région du nord avec un taux de réussite de 85% ». Mahamadi Sebogo du Journal Sidwaya, Abel Yerbanga de la télévision Burkina info et Alfred Kagambèga de la radio Kakoadb Yam sont les lauréats du prix de la Grande Muraille verte en journalisme. Ils repartent avec un trophée plus une somme de 500 000FCFA chacun. La commune de Bérégadougou s’en sort avec la meilleure réalisation des communes des cascades. Au cours de ces deux panels, il était question d’une part de mettre en évidence l’importance de l’arbre dans nos écosystèmes et d’autre part de partager les préoccupations de gestion durable des ressources naturelles.

Ces panels étaient également un cadre d’échanges et de dialogue afin que les recommandations qui seront formulées puissent permettre de trouver une meilleure articulation entre la nécessité de développer la médecine traditionnelle et l’impératif de préservation des ressources forestières. Il est ressorti aussi de ces échanges que toute plante est médicinale et chaque plante contient en moyenne 30 000 principes actifs. Il faut noter aussi qu’un espace de 125 000 ha a été débarrassé de toute action désastreuse ainsi que l’existence d’un suivi participatif régulier de la faune. « Je viens d’animer un panel très important à l’occasion de la JNA.

Je l’ai abordé surtout sur l’angle le plus important à savoir faire de telle sorte qu’on puisse avoir ces plantes en permanence actuellement et dans 100ans », a déclaré Dr Zéphirin Dakuyo, directeur général des laboratoires Phytofla. A l’écouter, la stratégie adoptée est imparable à savoir que chaque producteur puisse aménager 1 ha de verger de plantes médicinale, les clôturer, les sécuriser et dans 5ans ils récolteront le résultat pour leurs enfants ainsi que les générations à venir. Pour Dr Nadembèga Pascal, directeur de la médecine traditionnelle et alternative du ministère de la santé, la médecine traditionnelle est l’utilisation de la plante. « Nous sommes en partie les acteurs de la destruction de la plante. S’il n’y a pas de plantes, il n’y a pas de forêt ni de métier de médecine traditionnelle », a-t-il souligné. Selon lui, pour pérenniser ce métier et pour continuer la production, il faudra optimiser l’utilisation des plantes, mettre en place la stratégie de Dr Dakuyo qui est idéale et enfin cultiver des plantes médicinales.

 

Cheick Abass KOALA



Related articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *