Un site dédié entièrement à l'environnement au Burkina Faso

.

Burkina faso:Importance de l’arbre pour l’homme et l’environnement le CAMES plante le débat


L’importance de l’arbre aussi bien dans la résilience du changement climatique que pour les soins de santé humaine et animale n’est plus à démontrer. Cependant peu de gens maîtrisent les questions liées aux  plantes ; ceux à quoi elles  servent et comment les utiliser. Pour changer la donne, le Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur(CAMES) a organisé un panel où chercheurs, autorités travaillant dans le domaine de l’environnement et autres acteurs (éleveurs, agriculteurs et tradipraticiens) ont pris part. Ce débat tenu le vendredi 14 août 2020 à l’Université Aube nouvelle de Ouagadougou était placé sous le thème «Arbre, santé et résilience climatique ».

 

Les officiels à l’ouverture du panel

Pratiquement une semaine après la tenue de la 2e édition de la Journée nationale de l’arbre(JNA) à Banfora sous le thème «Arbre, santé et résilience climatique », chercheurs, autorités travaillant dans le domaine de l’environnement et autre acteurs (éleveurs, agriculteurs et tradipraticiens) se sont réunis pour discuter de l’importance de l’arbre pour l’homme et son environnement, son intervention dans les soins de santé humaine et animale et surtout du rôle de l’arbre dans la résilience du changement climatique.

Cette activité  organisée par  le programme thématique de recherche en changement climatique (PTR CC) a tout son sens selon les organisateurs dans la mesure où  « les  arbres ont toujours été intimement liés à l’évolution de l’humanité et de la biodiversité  terrestre ». En Afrique de l’Ouest, plus 80% de la population a recourt à la médecine traditionnelle  et aux plantes médicinales pour ses soins  de santé primaire. Au Burkina, de nombreux travaux de recherches ont permis de disposer d’importantes informations sur l’utilisation des plantes dans la vie socioculturelle des populations, a expliqué le Délégué général du CNRST, Roger Nébié. Pour lui,  face aux difficultés auxquelles notre planète est confrontée à savoir  le réchauffement climatique, l’émergence de nouvelles maladies (la covid 19 en l’occurrence),  l’arbre  constitue l’élément stratégique dans la recherche de solutions  aux  problèmes environnementaux.

Mamounata Belem, coordonnatrice du PTRCC

En sa qualité de coordonnatrice du PTRCC et ayant exposé sur le  sous thème « Intervention de l’arbre dans les soins de santé humaine et animale », docteur Mamounata  Belem a indiqué qu’un seul arbre peut fournir des aliments, des médicaments des produits cosmétique et artisanaux. A son avis, l’arbre fait partie des organismes qui participent et entretiennent la vie. De ce fait, dira-t-elle, il est indispensable de contribuer à sa gestion   durable et travailler à ne pas perdre définitivement certaines espèces menacées.

Remise symbolique d’un plan de Tangelo par le professeur Jules Ilboudo

Selon, le professeur André Jules Ilboudo, porte-parole des parrains, ce panel vient à point nommé car « l’arbre est au cœur de la biodiversité et de l’écosystème ». Par conséquent toute perturbation  sur la nature entrainera à l’en croitre des scénarios catastrophiques.  Et dans la dynamique d’oeuvrer à la promotion de la protection de l’environnement qui implique la mise en terre de plants, les organisateurs de l’évènement ont procédé à la remise de quelques pieds de Tangelo  aux officiels présents.

 

                                                                                                                                Roukiétou Soma




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *