Un site dédié entièrement à l'environnement au Burkina Faso

.

60% des populations d’animaux sauvages perdues en 40 ans dans le monde


Le Rapport Planète Vivante, publié tous les deux ans par le WWF(World Wide Fund for nature), met en avant des données sur la biodiversité et sur le rapport entre l’homme et son écosystème. Aujourd’hui, les faits sont là : en 40 ans, nous avons perdu 60% des populations d’animaux sauvages sur Terre.

espèce protégée: le chimpanzé

En effet entre 1970 et 2014, les populations de vertébrés – poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles – ont chuté de 60% au niveau mondial et de 89% dans les tropiques, l’Amérique du Sud et l’Amérique centrale. Les espèces n’ont jamais décliné à un rythme si rapide, qui est aujourd’hui cent à mille fois supérieur que celui calculé au cours des temps géologiques. Voici le constat alarmant de l’édition 2018 du rapport Planète Vivante, l’analyse scientifique mondiale réalisée tous les deux ans par le WWF sur l’état de santé de la planète et l’impact de l’activité humaine.

Agriculture intensive, dégradation des sols, surpêche, dérèglement climatique, pollution plastique : les principales menaces qui pèsent aujourd’hui sur la biodiversité – la perte et dégradation de leurs habitats et la surexploitation – sont liées aux activités humaines.

Nous sommes face à une accélération sans précédent de la pression exercée par l’Homme sur les écosystèmes: la demande en ressources naturelles tout comme en énergie explose. L’empreinte écologique mondiale, qui mesure l’impact des activités humaines sur les ressources naturelles, a doublé en un demi-siècle.

espèce protégée : l’éléphant

L’impact de l’Homme est aujourd’hui si fort et généralisé qu’il engendre une disparition de la vie sauvage sur Terre a indiqué le rapport  .

A ce jour, seulement un quart des terres ont échappé aux activités humaines. Un chiffre qui devrait chuter à seulement 10% en 2050 si l’on ne change rien selon le rapport 2018.

90% C’est le pourcentage de terres impactées par les activités humaines sur la planète en 2050 si rien ne change.

espèce protégée : la tortue terrestre

Et pourtant la biodiversité est essentielle à notre santé, notre bien-être, notre alimentation et notre sécurité, mais aussi à la stabilité des systèmes économiques et politiques mondiaux a indiqué le rapport . Un accord mondial pour la nature et les hommes, avec des objectifs mais aussi des indicateurs clairs et ambitieux, est indispensable pour inverser la courbe de l’érosion de la biodiversité a souhaité le rapport .

En rappel La biodiversité est souvent désignée sous le terme de « toile du vivant ». Il s’agit de l’ensemble de tous les êtres vivants (plantes, animaux et micro-organismes) et des écosystèmes dont ils font partie. Elle inclut la diversité au sein des espèces et entre espèces et peut faire référence à n’importe quelle échelle géographique, d’une petite parcelle d’étude à la planète entière.

 

Synthèse : Abdramane BAMBA

               source rapport planète vivante 2018

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *