Un site dédié entièrement à l'environnement au Burkina Faso

.

BURKINA FASO : Dégradation du lac de Tengrela, AJEDD et de bonnes volontés volent au secours


L’Association Jeunesse Engagée pour un Développement Durable vole au secours du Lac aux hippopotames du village de Tengrela. Situé à quelques encablures de la ville de Banfora ce patrimoine national a perdu presque la moitié de sa surface du à son envahissement par des plantes et l’ensablement. Les démarches entreprises par l’AJEDD ont abouti au lancement des travaux d’extraction de ces plantes par les populations riveraines le 28 mai 2018.

 

séance d’extraction des plantes

Si rien n’est fait, ce précieux lac du village de Tengrela  va disparaitre dans quelques années. Situé à 7 km de la ville de Banfora, ce site touristique de renom draine de nombreux touristes internationaux et nationaux. Sous l’emprise de plusieurs menaces majeures aujourd’hui, le lac a perdu environ la moitié de sa surface. Au nombre de ces menaces figurent les plantes envahissantes (jacente) et l’ensablement rapide due à l’action de l’Homme.  En effet les pratiques culturales sur les berges du lac comme  le maraîchage favorisent cet ensablement rapide. Quant au jacente l’utilisation de l’engrais chimique et les pesticides  alimentent leur vie, voire leur multiplication et croissance rapide. A cela s’ajoute le refus des populations à reboiser les berges. Ces facteurs et menaces engendrent indéniablement des conséquences fâcheuses sur la vie du lac ainsi que les espèces aquatiques qui s’y trouvent. C’est toute la diversité biologique,( hippopotames, caïmans et poissons) qui en pâtissent aujourd’hui.

Il faut donc sauver ce patrimoine national et touristique à Tengrela. D’où l’intervention de l’Association Jeunesse Engagée pour un Développement Durable (AJEDD) de la Région des Cascades. Cette Organisation de la Société Civile bénéficie de l’appui financier et technique de l’Agence de l’eau des Cascades. Pour y arriver, le processus a duré plusieurs mois. Rencontres de concertation avec les chefs des 7 quartiers que compte le village de Tengrela, deux séances de sensibilisation par le Théâtre Forum avec le Groupe Culture / Banfora, etc.

forte mobilisation des populations

Ce sont là autant d’approches ayant permis l’adhésion des populations aux travaux d’intérêt commun qui consistent à extraire les plantes sauvages de l’eau. La cérémonie de lancement des travaux organisée à cet effet au bord du lac a connu une forte mobilisation des riverains en l’occurrence des élèves du Lycée de la place ainsi que les services techniques déconcentrés de l’Etat.

A la tribune des interventions, le président de l’association AJEDD, Amado OUEDRAOGO, laissera entendre que se sont les jalons d’un travail titanesques que sa structure pose en incitant les populations bénéficiaires à l’action. En tout état de cause la victoire sur ces plantes sauvages passera nécessairement par une synergie d’action entre tous les acteurs concernés. Il n’a pas manqué d’ébaucher les actions envisagées qui se résument entre autres à la sensibilisation par des conférences- débats, des initiatives visant à développer le potentiel faunique, l’écotourisme partant de la protection de l’environnement. Quant au Directeur Général de l’Agence de l’Eau des Cascades, principal partenaire de l’activité, Pierre Damien BAKYONO, dira qu’il est impératif aujourd’hui plus que jamais de protéger de manière durable l’ensemble des ressources en eau de la Région des Cascades qui subissent de fortes dégradations et à un rythme accéléré. A l’en croire, sa direction poursuivra son appui technique et matériel afin de redonner au lac de Tengrela son éclat.

le maire de la commune de Banfora, Fulgence KONE, natif du village de Tengrela

Pour la circonstance, c’est un lot de matériels composés de brouettes, de râteaux, bottes, gans, cordes, etc qui a été offert à la population par l’entremise de l’association initiatrice de l’action. Le Directeur régional de la culture, des arts et du tourisme des Cascades, Mamadou TRAORE, un des acteurs de premier rang concerné est venu soutenir cette initiative de protection de ce site touristique qui, pour lui fait indiscutablement la fierté et le rayonnement du village de Tengrela, la ville de Banfora, voir le Burkina Faso tout entier. S’il y a également un acteur qui s’est évertué à la réussite des travaux communs, c’est bien le premier adjoint au maire de la commune de Banfora, Fulgence KONE, natif du village de Tengrela. C’est un cri de cœur qu’il va lancer à l’endroit de toutes les bonnes volontés afin de redonner à ce lac aux hippopotames son lustre d’entend.

 

                                                                                                                   Bamadou SANOGO

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *