Un site dédié entièrement à l'environnement au Burkina Faso

.

BURKINA FASO : l’irrigation goutte à goutte et de nouvelles variétés de manguiers dans les vergers du Kénédougou


 

Pour accroître la production des mangues dans  la province du Kénédougou, les producteurs depuis 2015, expérimentent  une nouvelle variété de manguier  et la technique d’irrigation de goutte à goutte dans les vergers.

 

technique d’irrigation goutte à goutte

Le grand verger du Burkina semble malade car elle  produit de moins en moins de mangues. C’est le constat fait depuis quelques années dans de nombreux  vergers de la province . Cette situation selon les producteurs serait en partie due au vieillissement des manguiers et aussi à une attaque fréquente des parasites qui détruisent  les fruits. Pour mettre fin à ce phénomène, Ils  ont entrepris depuis quelques années une nouvelle façon de produire ce fruit qui, actuellement a  le vent en poupe  sur le   marché national et  international.

 

C’est dans cette optique que  des promoteurs de vergers  avec  l’expertise et le  financement du projet  FAPASP expérimentent depuis l’année 2015, de nouvelles espèces de manguiers et la technique d’irrigation de goutte à goutte. La mise en place de cette technique  de production, demande l’existence de forage muni de château et d’un système  de canalisation. Le tout accompagné  d’un dispositif  permettant  une meilleure rationalisation de l’eau à raison de quatre  litres d’eau jour  par manguier. En termes de plant  de nouvelles espèces de manguier sont plantés suivant  une  technique culturale. A cet effet la norme à respecter  est de 400 plants à l’hectare.

De types modernes ces vergers présentent quelques particularités. Les arbres  sont de petites tailles et  ne doivent pas dépasser deux mètres de hauteur. contrairement aux autres ,  au bout  de  deux ans  ils  peuvent  commencer  à produire.Les fruits à la cueillette  sont  facilement  accessible   et sont   rarement blessés au cour de l’opération.

Aussi, leur exploitation exigent-ils un environnement biologique favorable surtout sans apport de produits chimiques comme les engrais et les pesticides.  C’est dire que ces particularités réunies concourent à rendre les productions très compétitives sur le marché international.

Moussa TRAORE dans son verger à Kourignon

 

Moussa TRAORE  agro forestier, est l’un des bénéficiaires de ce projet. Avec son expérience dans le domaine des plants, il estime que ces vergers modernes dans la province du Kénédougou sont bel et bien la solution adéquate pour faire face à la baisse des productions.Cette technique pour eux  producteurs, présente de nombreux avantages surtout dans un  pays à faible pluviométrie  comme le Burkina.

Dans les vergers visités, le constat est que d’ici à quelques années, les producteurs pourront récolter plusieurs centaines de tonnes de mangues pendant les périodes de cueillettes. Pour l’écoulement de la production , un accord est déjà signé avec des sociétés fruitières implantées au Burkina.

 

                                                                                                                 N’suipri



Related articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *