Un site dédié entièrement à l'environnement au Burkina Faso

.

Burkina Faso:    Déboisement au Burkina : La fin d’un fonds de commerce



 

Le ministre de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique était face à la représentation nationale le vendredi 22 novembre 2019. A cette occasion, Nestor Bassière a apporté des réponses aux questions qui ont trait au déboisement, le prélèvement des taxes sur la coupe du bois à usage commercial et à la suppression des sachets plastiques au Burkina.   

Nestor Bassière:l’accent sera mis sur l’application stricte et effective de la loi portant réorganisation agraire et foncière du code forestier et celui de l’environnement,

Nestor Bassière: l’accent sera mis sur l’application stricte et effective de la loi portant réorganisation agraire et foncière du code forestier et celui de l’environnement

Nestor Bassière, ministre de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique était face aux députés le vendredi 22 novembre 2019 à l’hémicycle. Il était question pour le ministre de se prêter à l’exercice de deux questions orales sans débat, et une avec débat. Les questions orales avec débat portaient, l’une sur l’action du département en charge de l’environnement face au comportement incivique de certains Burkinabès qui ont fait du déboisement de nos forêts un fonds de commerce et l’autre sur la taxe relative à la coupe du bois à usage commerciale.

En ce qui concerne la première question, l’accent sera mis sur l’application stricte et effective de la loi portant réorganisation agraire et foncière du code forestier et celui de l’environnement, a déclaré Nestor Bassière.  En dehors de l’application des textes, il y a l’intensification des campagnes de sensibilisation et de formation sur le respect des normes d’exploitation, et l’incitation des exploitants au reboisement et aux plantations de compensation. Il est aussi prévu la création d’une unité d’élite spéciale, qui sera formée pour assurer la surveillance des massifs, a ajouté le ministre de l’environnement.

Pour le second point, il existe selon le ministre une taxe sur la coupe du bois à usage commerciale dans les chantiers d’aménagement forestiers, laquelle est repartie comme suit : 1100 F pour les producteurs, 200F pour le fonds de roulement (CAF), 300F pour la taxe forestière et 600F pour le fonds d’aménagement. Toutefois, il dit reconnaitre que la montant de ladite taxe est dérisoire. C’est pour remédier à cette situation qu’a été mis en place un comité interministériel de travail  qui va statuer sur la question et dégager des perspectives  dans l’établissement  d’une fiscalité forestière dans la fiscalité globale du Burkina.

Quant à la question orale avec débat, elle a porté sur la suppression des sachets plastiques au Burkina à l’image du Rwanda qui a réussi à le faire. A ce sujet, le ministre a affirmé qu’il est possible d’interdire les sachets plastiques puisque dit-il, des solutions existent. Mais Nestor Bassière pense plutôt qu’il faut impliquer tous les acteurs, surtout les consommateurs.

                                                                                                                                                     Roukiétou Soma

 



Related articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *