Un site dédié entièrement à l'environnement au Burkina Faso

.

Burkina Faso : Lutte contre les sachets plastiques à Bobo-Dioulasso, la 7 e édition du festival soleil des enfants lance son dévolu sur la sensibilisation des enfants.


La septième édition du festival soleil des enfants a ouvert ses portes ce dimanche 2juin 2019 au secteur 21 de la ville de Bobo-Dioulasso.  Placé  cette année sous le thème, zéro sachet plastique la cérémonie d’ouverture  a vu la présence des autorités municipales et régionales et  un public d’enfants et d’artistes engagés  dans la bataille contre les sachets  plastiques dans nos villes et campagnes.  

une troupe musicale à la cérémonie de lancement

 Non à la pollution de notre environnement par les sachets plastiques, c’est le mot d’ordre que l’on peut tirer du thème de la septième édition du festival soleil des enfants qui s’est ouvert  ce dimanche 2juin 2019, sur un tas d’ordure composé en majeure partie de sachets noirs en plastique ,rue des baobabs  au secteur 21 de la ville de Sya. Ainsi  jusqu’au 9 juin  2019 Bobo -Dioulasso va vibrer  au rythme  des chansons et  pas de danse des enfants avec comme  toile de fond, la

protection de l’environnement.

le promoteur du festival Foum Moboh au centre devant le micro «seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin ».

Pour le promoteur du festival Foum Moboh et son  équipe,  les adultes ont pris de mauvaises habitudes dans notre pays en matière de protection de l’environnement. Selon lui, ils  sont déjà assez tordus et  difficiles à redresser que les amener à changer de comportement relèverait  du parcours du combattant. Pour cela poursuit- il,  l’accent doit être mis sur la sensibilisation des  enfants afin que ces derniers grandissent avec en tête la sauvegarde de  leur environnement et  son  écosystème.

séance de collecte des sachets plastiques

C’est pourquoi  son équipe  rejoindra bientôt les écoles du Burkina afin que les  élèves s’approprient la lutte contre les sachets plastiques  dans la nature et d’en faire une priorité. Foum Moboh est  certes conscient de l’immensité du travail  qui va s’étaler sur plusieurs années  et c’est pour cela, il  lance un appelle pressent à l’endroit des autorités communales comme régionales à soutenir l’initiative. Pour lui conclura-t-il , «seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin ».

Abdramane BAMBA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *